Le 13/06/2016 | Comité de liaison officine

La dernière réunion du comité de liaison officine rassemblant le Ministère de la santé, l’assurance maladie et les syndicats s’est tenue le 8 juin 2016.

 

La baisse de la rémunération des pharmaciens (marge et honoraires) sur l’année 2015 est de 2,1%, mais l’assurance maladie continue d’affirmer que la baisse réelle n’est que de 0,5% car elle intègre dans ses calculs les remises génériques et le CICE (crédit d’impôt pour la compétitivité et l’emploi). Concernant les remises génériques, elle part du principe que 80% des pharmacies bénéficient de 40% de remises sur l’ensemble des médicaments génériques, ce qui est loin de la réalité. La mise en place des honoraires auraient, selon elle, évité une perte de 48 millions d’euros pour le réseau…

 

L’UNPF est très inquiète de ces interprétations visant à minimiser continuellement les difficultés des pharmacies, d’autant que le Ministère s’est dit satisfait des « gros efforts » accomplis par l’Etat au bénéfice des pharmaciens…. (« sécurisation » des remises génériques, ROSP, CICE, honoraires) et a confirmé de nouvelles baisses de prix.

 

Depuis longtemps l’UNPF pense qu’il n’y a rien à attendre de l’état qui n’a aucunement l’intention de faire évoluer le métier ou de revoir la rémunération. Pour l’UNPF, la profession doit se prendre en main elle-même pour pérenniser le réseau, en s’orientant vers plus de mutualisation.

 

 

Concernant les préparations magistrales, la CNAM a rappelé que toute prescription de préparation magistrale homéopathique sous forme d’un nom commercial ou d’un numéro de préparation ne peut donner lieu à une demande de prise en charge par l’assurance maladie.

En effet, la prise en charge des préparations magistrales et officinales est subordonnée à l’apposition par le prescripteur, sur l’ordonnance, de la mention manuscrite suivante : « prescription à but thérapeutique en l’absence de spécialités équivalentes disponibles » et à la présence de l'intégralité de la formule de la préparation magistrale homéopathique ainsi que sa forme galénique (tube granule, forme liquide, pommade...) et sa posologie de prise. (cf notre article sur le sujet : http://www.unpf.org/344-remboursement_des_preparations_magistrales_homeopathiques-76.html).

 

            Enfin, toujours en attente des mesures d’application des missions du pharmacien adoptées par la loi HPST[1] de 2009, l’UNPF n’a pas été rassurée par la réponse apportée par le Ministère (DGOS[2])  sur ce sujet.  En effet, les avenants relatifs à l’accompagnement des patients sous AVK et asthmatiques constituent pour le Ministère les missions du pharmacien dans son rôle de soins de premier recours.

L’UNPF pense, au contraire, que ce rôle de professionnel de santé de premier recours devrait être renforcé, comme c’est le cas dans nos pays voisins. Ce serait le moyen de mettre en avant la valeur ajoutée du pharmacien et de faire faire des économies à la collectivité puisqu’il pourrait prendre en charge les petites pathologies et aiguiller correctement les patients vers d’autres professionnels de santé en cas de besoin.

A l’heure où tous les signaux sont au rouge, l’absence de vision et d’ambition de la part du gouvernement pour la profession est délétère et pousse les pharmacies à s’organiser entre elles pour inventer un nouveau modèle.



[1] Loi du 21 juillet 2009 portant réforme de l'hôpital et relative aux patients, à la santé et aux territoires  

[2] DGOS : Direction Générale de l’Offre de Soins

 
Retour