Le 28/09/2015 | Attaques sur le monopole

L’UNPF se félicite du rejet au Sénat des amendements à la loi de Santé prévoyant la vente en dehors des pharmacies d’officine des :

  • -  Médicaments non soumis à prescription médicale obligatoire (amendement n°127)
  • -  Substituts nicotiniques (amendement n°319).

 

Ces amendements prévoyaient la présence d’un Docteur en pharmacien sur le lieu de vente de ces produits.

 

Lors des discussions parlementaires, l’Union a largement contribué au débat par la sollicitation de nombreux sénateurs.

 

En effet, le médicament ne peut être considéré comme un produit de consommation courante de façon à ne pas induire en erreur le consommateur quant à sa nature et à son usage.

 

De plus, la vente des médicaments en pharmacie d’officine dans le cadre d’un circuit sécurisé permet de lutter efficacement contre la contrefaçon. Cela sera renforcé avec les préconisations de la Commission européenne attendue pour le 1er janvier 2016 en matière de traçabilité des médicaments. Les pharmaciens d’officine seront bientôt tenus de scanner chaque boîte de médicaments afin de vérifier et de tracer les numéros de lots de chaque produit. Ces éléments prouvent que seule la vente des médicaments, dont les substituts nicotiniques, en pharmacie d’officine permettent leur dispensation de façon sécurisée et personnalisée. Cela constitue un véritable enjeu de santé publique.

 
Retour